Février

Page 3 : Pissenlit – Jonquille – Véronique

Le pissenlit (Taraxacum officinale) est probablement la plus connue des plantes sauvages. Elle pousse à peu près partout. Elle est à la fois comestible et médicinale. Toute la plante est utilisable : fleurs, en bouton ou épanouies, feuilles, racines.  On a souvent recours au pissenlit dans le cadre d’une cure détox au printemps: il a une action sur le foie, sur la vésicule biliaire, sur les reins. Il est un véritable « nettoyeur de sang ». Ainsi que le disait le Docteur Henry Leclerc, phytothérapeute de renom : « le pissenlit essore l’éponge hépatique et rince le filtre rénal« .

Les boutons floraux peuvent être cuisinés ou marinés, les fleurs donnent une excellente gelée qui a le goût du miel. Les feuilles se consomment en salade ou en infusion, les racines en décoction…

Pour la gelée de pissenlit, il vous faudra : 400 fleurs de pissenlit, 1,5 l d’eau, 2 oranges, 1 citron, 3 gr d’agar-agar, 1 kg sucre de canne, 1 casserole, des pots avec couvercles.

Mode opératoire:

1/Cueillir les fleurs. Retirer la partie verte, ne laissant que le jaune des pétales.
2/ Ébouillanter les pots.
3/ Verser l’eau dans la casserole, ajouter les fleurs, les jus des deux oranges et du citron.
4/ Bien mélanger, puis faire chauffer doucement la préparation sur feu doux en remuant régulièrement. Le mélange soit bouillir mais tout doucement pendant 10 minutes.
5/ Filtrer à l’aide d’un tamis et récupérer le jus. Le remettre dans la casserole avec le sucre et l’agar-agar.
6/ Reporter à ébullition, puis compter 10 minutes de cuisson, toujours à feu doux et en remuant en permanence.
7/ Mettre en pots.
A conserver au frais pendant environ une semaine.

Pour en savoir plus sur le pissenlit et ses utilisations :

http://www.wikiphyto.org/wiki/Pissenlit
https://www.altheaprovence.com/blog/pissenlit-taraxacum-officinale/
https://www.plantes-et-sante.fr/jardiner/proprietes-tisane-purin-comment-utiliser-le-pissenlit


La jonquille des bois enchante littéralement les sous-bois qu’elle fréquente par endroits. Elle est en en fait un narcisse (Narcissus pseudonaricssus) et  pousse à l’état sauvage. De nombreux croisements ont donné des hybrides cultivés qui fleurissent précocement et illuminent les jardins tôt dans la saison.
Attention, toutes les jonquilles et narcisses sont toxiques à l’ingestion ( fleurs, feuilles et bulbes).
On peut observer parfois une dermite de contact à la cueillette.
Il est préférable de laisser ces jolies fleurs embellir la forêt ou le jardin.
La fête des Jonquilles a lieu tous les deux ans à Gérardmer dans les Vosges, depuis 1935, à la mi-avril.


On reconnait la véronique (Veronica) au premier coup d’œil. Ses jolies petites fleurs bleues  à 4 pétales et ses 2 grandes étamines nous interpellent. Elle est en régression du fait de l’emploi d’engrais chimiques. Regardez dans les fossés. Les différentes espèces de Véronique (ici Veronica chamaedrys ou Véronique petit-chêne), présentent les mêmes vertus thérapeutiques : astringentes et cicatrisantes. La présence d’aucubine confère à la plante des vertus anti-inflammatoires, elle est aussi protectrice des cartilages et des cellules hépatiques. Mais attention, son ingestion peut provoquer des diarrhées. L’utilisation par voie interne est à éviter en auto-médication. La Véronique donne de bons résultats pour les traitements de peau, acné, démangeaisons, petites plaies en application externe.

Pour préparer une lotion pour une cure anti-acné, il vous faudra : une grosse poignée de  plantes (fleurs, feuilles, tiges) ,  500 ml d’eau, une petite bouteille (ou bocal).

Mode opératoire :

  1. Faire chauffer l’eau jusqu’à ébullition. Stopper la source de chaleur.
    2. Y déposer les plantes, à couvert.
    3. Laisser infuser pendant 10 mn.
    4. Laisser refroidir.
    5. Filtrer, mettre en bouteille.
    6. Nettoyer le visage plusieurs fois par jour avec l’extrait ainsi obtenu. En massant légèrement pour bien faire pénétrer les principes actifs.


Retour